Des militants se battent contre aller d’exclure les «chats coloniaux» de Porto Rico

SAN JUAN, Porto Rico (AP) – Des centaines de chats perdus depuis minutieusement parcouraient les rues pavées du secteur diachronique de Porto Rico, s’parsemant temporairement à la effigie cependant que des touristes et des résidents enchanté prenaient des photos et offraient des lambeaux de approvisionnement.

Les chats sont si câlins qu’ils ont même à eux bien cariatide comme le immémorial San Juan.

Toutefois les responsables affirment que à eux peuplement a beaucoup augmenté que le US Habitant Park Largesse veut placer en œuvre un “devis de chemin des chats en familiarité” et envisage des options qui pourraient insérer le repliement des cheptel.

L’anticipation a affligé infiniment de masse, qui craignent de raser des chats.

“C’est pendant Disney Cat World”, a franc Alfonso Ocasio, qui se rend comme le immémorial San Juan depuis 2014 contre croquer les chats discordantes jour par semaine. “Je ne sais pas hein ces masse oseraient rapprocher le monde en même temps que à eux assertion.”

Des chats noirs, des chats purs, des calicots et des carpette parcourent les voies côtières entourant le efficace diachronique domestique dessous le nom de “El Morro” qui gardait la croisée de San Juan à l’moment coloniale. Les timides et les alors francs s’assoient comme la pâtis, absent des caméras et des mains humaines cependant que d’divergentes se perchent sur les rochers à association contre procéder méditation d’eux ou regardent les passants tandis que l’eaux coule postérieur eux.

Ils sont connus dessous le nom de chats « cailloux » ou « coloniaux », pourtant globalité le monde ne les apprécié pas.

“Les réunion parmi les visiteurs et les chats et l’arôme d’miction et d’fèces … sont incompatibles en même temps que le rétrospective documentaire”, a calligraphie le Habitant Park Largesse comme son devis.

L’assemblée a franc que le devis vise à aménager “l’habitude du vacancier”, à garer les travailleur culturelles et naturelles, à condenser les problèmes de vitalité et de calme et à délester les “problèmes d’inconvénients”. Lui-même a identiquement noté que les chats sont susceptibles de raser la gibier comme la diocèse.

Les autorités proposent jusqu’affamer un couple de options : abroger les chats ou imposer le statu quo. Celui-ci impliquera l’bricolage des stations d’tétée, la upérisation ou la upérisation des chats et l’dépossession de ceux-là qui ne sont pas étiquetés, des devoirs ce jour amorcé par le troupe à but non profitable Save a Gato.

Des dizaines de nation se sont rassemblées mercredi crépuscule contre les un couple de premières séances publiques sur la chapitre. Toutefois comme les responsables du Habitant Park Largesse ont franc qu’il n’y aurait pas d’audition et ont demandé aux masse de n’enregistrer que à eux revues, la assemblage a éclaté de amertume.

“ceci n’a annulé jugement!”

“Certains avons des doutes ! Certains avons des questions !”

“Défendons les chats !”

La assemblage a continué à glorifier contre une écoute authentifiée jusqu’à ce que les responsables cèdent. Ils ont amène les portes d’un chaussette arène lorsqu’un séide âgé a incident renvoyer le appeau d’obligation de son porte-clés contre mobiliser la assemblage.

Les masse ont emmanché la diction un à un au atmosphère d’applaudissements nourris. À eux alors prolixe inquiétude réalisait l’euthanasie des chats, entreprenant que le enclos citoyen ait franc qu’il recevait invariablement des revues du assistant et que toute limitation serait basée sur ces revues.

“Ce sont les premières étapes”, a franc Myrna Palfrey, surintendante du voisinage diachronique citoyen de San Juan. “Certains n’avons pas de réponses retenant.”

Dissemblables organisations à but non profitable ont indispensable des preuves à l’béquille des déclarations du devis subséquent lépreux certaines nation ne voulaient pas que les chats soient présents et qu’elles-mêmes auraient pu éloigner la gibier comme la diocèse.

“Je présentes que les touristes aiment infiniment ces chats”, a franc Nidia Fernandez, qui vit comme le immémorial San Juan et se promène comme le efficace diachronique trio jour par semaine, où des hordes de chats se rassemblent.

Il ne appendice que des appointement précédemment une limitation conclusion, pourtant la assertion de abroger les chats afflige Ocasio, un fanatique des cheptel qui prévision jusqu’à 15 dollars par semaine contre croquer des chats comme le immémorial San Juan. Il a dit qu’il adoptait les malades et les nation âgées et qu’il s’occupait d’eux comme à eux derniers jours.

Entre les résidents qui ont emmanché la diction, il y avait Toro Dodo, qui a déménagé de Californie à Porto Rico alors tôt cette période et vit comme le immémorial San Juan.

Il s’est demandé ce que les responsables feraient des chats, si des évaluations environnementales avaient été faites en externe des caméras attentats et quelles seraient les conséquences de à eux repliement, en inusité en même temps que la peuplement de rats.

Dodo a identiquement demandé ce qui se passerait si les masse continuaient à quitter les chats comme la diocèse, ce qui, subséquent les militants, est un obstacle.

“Je ne suis pas le autonome à commander des réponses”, a-t-il franc dessous les applaudissements et les acclamations. “C’est l’une des merveilles du immémorial San Juan.”

Unir la assemblée

Les conversations sont les opinions de nos lecteurs et sont sujettes à règles de comportement. La acteur ne affecté pas ces vues.

Leave a Comment